Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venez, goûtez et voyez. Prier avec le bouquet liturgique de Carême

En ce commencement de Carême, apprenons à voir , à regarder le monde, Dieu et nous-même d'une façon nouvelle. Le bouquet liturgique nous y invite.

REGARDER.

Lorsque je regarde ce bouquet, qu'est-ce que je vois, qu'est-ce qui attire mon regard, quelles sont les lignes, les mouvements, les orientations? Quelles couleurs se donnent à voir? Quels éléments? Comment tout cela compose un ensemble?

"Je vois 3 pierres calcaires, claires, striées, travaillées par l'érosion de l'eau, elles sont comme éclatées, dispersées, à l'horizontal.

Je vois le coeur d'un arbre qui a dû être fort, tombé, le tronc ouvert, mort, dont les débuts de branches s'ouvrent comme des bras et se tendent vers le ciel. Il a la couleur de l'humus. Des rameaux plus fins, aériens s'élèvent aussi, rayonnant autour du tronc, ils sont de couleur gris clair, ils sont recouverts de lichen.

Je vois au centre du bouquet, un contenant de couleur brun (terre/bois), il a une texture lisse et brillante, il a la forme d'une grosse graine, d'un oignon, mais aussi d'une pierre précieuse bien polie. Il y a bien droites, 5 jonquilles qui jaillissent, elles se tournent de tous côtés, elles ont la couleur chaude des premiers soleils de printemps, la clarté de sa lumière (jaune clair à jaune orangé). Ces fleurs ont un coeur profond et 6 pétales, leurs tiges et leurs feuilles vertes."

OBSERVER, EVOQUER.

En contemplant ce bouquet, tous mes sens en éveil, je laisse les évocations venir à moi. Je me dispose à accueillir le message spirituel qui m'est adressé. Je découvre ce que ce bouquet me dit ici et maintenant, du monde, de Dieu, de l'homme, de la vie, et aussi de moi.

"Ces pierres me font penser à la Création, les strates de sédimentation aux apports de toutes les ères, époques, générations. Ce qui reste sous l'effet du travail de l'eau: le socle, traces de l'histoire de la terre et de l'humanité, mais aussi ma propre histoire. Elles m'évoquent aussi la dureté, ce qui est inanimé, froid, c'est l'image d'une vie passée, rien ne semble pouvoir pousser sur ces pierres, elles ne peuvent qu' éclater, se briser... ou être taillées pour construire. Cela me fait penser au risque de trop s'attacher au passé, la pétrification me fait penser à la peur qui empêche d'agir, d'avancer. Ces pierres me renvoient au désert, celui du peuple hébreu, celui où Jésus va affronter les tentations, le nôtre, le mien.

Pourtant sur ces pierres repose cet arbre, il a du être haut, fort, solide, vivant. Il évoque la vie mortelle. Il a encore la chaleur du bois, mais la teinte de la pourriture qui donnera un humus fertile. Il doit mourir, il me fait penser à la finitude de l'homme, à l'angoisse de la mort. Il est tout ouvert comme une mère qui tiendrait son enfant non pour le serrer contre elle mais pour l'offrir, le laisser croître et rayonner. Cette souche d'arbre me rappelle Marie, le choix de Dieu de venir au coeur de notre humanité, d'endosser notre vie, aussi Jésus sur le bois de la croix, qui donne sa vie en mourant, Dieu qui m'accueille. Une invitation à toujours rester en Dieu, pour vivre de sa vie. Rester tourné vers lui, oser lui demander, tendre mon âme vers lui et pas seulement quand je me sens perdu. Les branches fines me font penser à tous les efforts, et les voies possibles pour se tourner vers le Père.

Il y a ce lichen qui fait penser à ce qui se nourrit de la mort ou fait mourir, qui rampe, d'une maladie de peau, une sorte de lèpre, qui me coupe du monde, m'empêche d'entrer en relation. Cela peut être tout ce qui ronge l'homme, le péché. Mais je peux aussi voir que c'est une vie qui se développe avec presque rien. Alors ma mort peut être "utile", quand j'accepte ma finitude, je peux devenir source de vie. Cela me fait aussi penser à une manne, une nourriture qui permet de survivre aux épreuves, ce lichen a une teinte claire qui peut venir d'en haut, de Dieu, il a une lumière argentée, il diffuse une lumière céleste. Invitation à voir la présence de Dieu quand nous sommes aveuglés par les difficultés et les peurs, quand nous broyons du noir.

Au coeur de l'arbre qui meurt, éclôt la vie. Il doit ouvrir ses entrailles et ses bras pour libérer cette vie. Qui aurait cru qu'il y avait un trésor enfoui dans son tronc, une pépite, une chose de grande valeur, mais qui devait accepter de se montrer pour que la lumière l'atteigne, et révèle sa beauté, pour que le germe donne ses fleurs? Merveilleuse Espérance. Après le sommeil de l'hiver, ou de la mort, ces fleurs sont les premières à manifester le printemps, une nouvelle vie, la libération, comme la Pâque à venir. Elles adviennent au coeur d'un arbre singulier, mais elles concernent toute l'Humanité. Elles préfigurent le soleil du Ressuscité. Dans ma vie, comment je prends le risque de m'ouvrir, de me laisser transformer pour faire fructifier le divin en moi? "

PRIER.

A partir de ce que j'ai découvert en méditant ce bouquet liturgique, je dis avec mes mots, une prière en m'adressant au Seigneur Père, Fils et Esprit. Je peux demander, dire merci.

"Seigneur, en ce temps de Carême, que l'eau de ta vie et de ton amour, vienne creuser mon coeur trop endurci. Fais éclater les certitudes qui m'enferment, brise les habitudes qui m'empêchent d'explorer de nouveaux chemins pour aller vers les autres et vers toi. Réduis à néant ce qui me pétrifie, toutes les peurs qui me rendent agressif. Tu es la seule pierre sur laquelle je dois m'appuyer. Pardonne-moi pour le manque d'assiduité de ma prière.

Seigneur, ouvre mes yeux, quand j'ai faim et que je ne vois pas la nourriture que tu me donnes, les signes que tu m'envoies, quand je te cherche, sans te voir, dans la noirceur du monde. Apprends-moi à ne pas me détourner de ce qui me dérange, la décrépitude, la maladie, la mort, mais à garder l'espérance de la vie à venir totalement en toi.

Seigneur Jésus, toi qui est venu au coeur de nos fragilités humaines, qui est passé par nos tentations, la dureté de nos vies, notre mort, donne-moi de sentir ta présence, tes bras qui me protègent tout en me poussant à avancer. Qu'à ta ressemblance, je puisse à mon tour ouvrir mes bras à mes frères, les réconforter, leur donner "du prix", qu'ils osent laisser germer le trésor qui est en eux. Pousse-moi à mettre en oeuvre les dons de mon baptême.

Seigneur, que la puissance de ton Esprit, transforme mon humanité, et fasse de toutes mes "pourritures" un humus propice à l'éclosion et au rayonnement de ton Amour.

Merci Seigneur, je te rends grâce pour tout ce que tu me donnes chaque jour, dans les rencontres, dans les plus petits détails de ma vie et du monde où je suis plongé. En ce temps de Carême, malgré les épreuves, ces modestes fleurs de printemps m'aident à entrer dans la beauté de ta Création, dans la force de ta Vie, dans le mystère de ton Amour."

Et maintenant je vous invite, vous aussi à regarder, contempler et prier avec ce bouquet liturgique, et à en partager les fruits sur ce blog. Merci Seigneur, pour ton Esprit qui inspire la réalisation florale liturgique qui nous aide à pénétrer le mystère de ta Parole et de ton Amour divin.

Tag(s) : #Fleurir en liturgie

Partager cet article

Repost0